Journée de Novembre de la SFPEADA

Posted on septembre 5th, 2018

Le Vendredi 16 Novembre 2018 se tiendra à Paris la Journée de la SFPEADA, salle ASIEM, sur le thème « Les thérapies brèves et focalisées. Vers de nouvelles pratiques en pédopsychiatrie »

Lors de cette journée seront proposés 5 ateliers dont un en tant que session DPC : « Psychothérapies brèves et focalisées »

Programme :

Pour plus de détails vous pouvez consulter le programme de la Journée, ainsi que le détail du DPC proposé.

Inscription :

Il est possible de s’inscrire deux 2 façons :

  • en ligne (méthode recommandée), en cliquant sur le lien suivant.  A l’issue du processus d’inscription, vous pourrez notamment choisir de payer par carte.
  • par courrier, en nous renvoyant le bulletin d’inscription accompagné de votre règlement par chèque

Argument :

La Société Française de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent est heureuse de vous convier au colloque qui aura lieu à Paris le vendredi 16 novembre 2018 sur le thème des psychothérapies brèves ou focalisées.

Les équipes de pédopsychiatrie sont confrontées à des demandes cliniques de plus en plus diversifiées et à des parents de plus en plus avertis grâce aux techniques d’information et de communication modernes. Les équipes témoignent au quotidien d’une grande créativité dans leurs pratiques cliniques et s’ouvrent progressivement à tout un ensemble d’approches psychothérapiques alternatives ou complémentaires aux psychothérapies d’orientation psychodynamique auxquelles elles ont été formées. Ces dernières années, en particulier, nous avons assisté au développement progressif du domaine des psychothérapies focalisées qui posent de manière explicite la question de la formalisation des objectifs thérapeutiques et leur partage avec l’enfant/l’adolescent et sa famille. Le travail thérapeutique en pédopsychiatrie, en effet, ne peut pas se concevoir sans une prise en compte indispensable des connaissances et des attentes que les parents ont vis à vis de leur enfant. Il ne s’agit pas d’adhérer directement à la demande explicite des parents mais de développer avec eux une alliance de soin qui implique une information et une co-construction permanentes.

En effet, questionner les modèles psychothérapiques et plus largement nos modèles de soin implique de réfléchir à la nature de l’alliance thérapeutique avec l’enfant et la famille et à la manière de la construire et de la soutenir. Traditionnellement on considère que l’alliance thérapeutique est constituée de deux composantes interdépendantes auxquelles la personne/sa famille et le clinicien apportent leur contribution réciproque : la qualité émotionnelle du lien thérapeutique, qui vise à développer une compréhension réciproque et un accord sur le niveau d’intimité partagé, et l’alliance de travail qui implique un accord autour des objectifs thérapeutiques et des tâches/stratégies déployées pour les atteindre. Si la qualité émotionnelle du lien thérapeutique est basée sur l’authenticité, la chaleur et l’empathie du professionnel (capacités qui permettent au patient/à la famille de faire confiance au thérapeute), l’alliance de travail est davantage basée sur l’expertise du professionnel, son engagement, sa capacité à clarifier les attentes de la personne et de la famille afin de mobiliser leur motivation au travail. Il s’agit de construire de manière collaborative un projet thérapeutique qui inclut l’explicitation d’objectifs et les méthodes et tâches spécifiques employées pour les aborder : les participants impliqués dans la thérapie, la durée et la fréquence des séances, le focus des séances, l’évaluation des changements ou des processus visés et l’accord sur tout ce qui concerne le travail à réaliser en dehors de séances.

La littérature scientifique récente a montré jusqu’à quel point le focus sur l’alliance de travail permettait d’augmenter le sentiment d’autonomie et la motivation de la personne et de sa famille et contribuait fortement au résultat des interventions, probablement davantage que la nature des interventions elles-mêmes (Law D., 2012 ; Orlinsky et al., 2004). Il a été également montré que ce focus sur l’alliance de travail et les objectifs thérapeutiques partagés permet aussi aux enfants et adolescents d’être mieux engagés dans les prises de décision et de travailler de manière plus collaborative vers les objectifs fixés (Green, 2006).

L’ajustement entre les attentes exprimées par les patients/les familles et les connaissances du thérapeute concernant les meilleurs stratégies à mobiliser est donc au cœur de cette alliance de travail dans lequel le thérapeute devient « un facilitateur avec une expertise ». Cela demande aux thérapeutes, à côté de leur domaine principal de compétence, d’avoir une connaissance approfondie d’un ensemble de techniques thérapeutiques qui pourront éventuellement être mobilisées en fonction des situations.

On voit jusqu’à quel point il est indispensable de consacrer une réflexion à la question des objectifs thérapeutiques et des méthodes psychothérapiques, ce que cette journée de la SFPEADA se propose de faire.

La journée sera ouverte par une conférence magistrale du Professeur Jean Nicolas Despland de Lausanne, expert de l’évaluation des psychothérapies. La conférence sera suivie par 5 ateliers qui permettront d’aborder différentes thématiques autour des psychothérapies focalisées : les nouveaux développements dans le domaine des approches psychodynamiques et cognitivo-comportementales, la question de la structure des thérapies et des objectifs, l’implication des familles (psychoéducation, guidance, psychothérapie familiale systémique), les interventions en situation de crise (en contexte d’urgence ou traumatique) et les approches brèves qui utilisent des médiations en groupe.

Dans l’après-midi une table ronde permettra à des experts d’horizons différents (perspective psychanalytique, perspective cognitivo-comportementale, perspective systémique) de dialoguer autour des changements que ces nouvelles approches introduisent dans nos pratiques cliniques et dans notre manière d’envisager les soins psychiques.

La journée se terminera avec une intervention de conclusion par le Pr Alain Braconnier qui mettra en perspective les travaux de la journée.

Pour les professionnels souhaitant approfondir la thématique du colloque, deux ateliers DPC d’une demi-journée chacun seront proposés le lendemain autour des « Thérapies basées sur la mentalisation » et de la « Thérapie de Guidance interactive avec Vidéo Feed-back ».

Nous espérons que ce colloque sera une belle occasion pour réfléchir à nos modèles psychothérapiques et encourager l’approche multidisciplinaire et les pratiques complémentaires que notre société s’efforce de promouvoir.

Références bibliographiques

  • Green JM (2006). The therapeutic alliance – a significant but neglected variable in child mental health treatment studies. Journal of Child Psychology and Psychiatry. 47 :5 425-435.

  • Law D, Wolpert M (editors). Guide to Using Outcomes and Feedback Tools with Children, Young People and Families . Formally known as COOP (Children and Young Peoples’ Improving Access to Psychological Therapies Outcomes Oriented Practice) version 2 of the above updated December 2013 . Copyright © 2014 CORC Ltd.

  • Orlinsky, D. E.; Rønnestad, M. H.; Willutzki, U. (2004). Fifty years of psychotherapy process-outcomes research: Continuity and change – M. J. Lambert, (Ed.). Bergin and Garfield’s Handbook of Psychotherapy and Behavior Change (pp- 307-393. New York: Wiley.

devenir membre
adhérer
mon compte
compte
pannier des achats en cours
panier (0)


Menu
×
Menu